Compteur d’eau intelligent pour chaque Anversois d’ici à la fin 2020

« water­link », la société anversoise de distribution d’eau, installera 205.000 compteurs intelligents dans chaque ménage anversois au cours des prochaines années. C’est dans ce but qu’un contrat de concession a été signé jeudi à l’hôtel de ville d’Anvers.

Les compteurs transmettront chaque jour les niveaux des compteurs, ce qui permettra une facturation en temps réel, une détection rapide des fuites ainsi qu’une consommation rationnelle de l’eau. Le débit du compteur d’eau pourra également être réglé à distance, ce qui permettra de renoncer aux coupures d’eau.

Depuis un certain temps déjà, Anvers se profile comme la « city of things », de nombreux types de données (de capteurs) étant recueillies pour améliorer l’efficacité des services. Jeudi, water­link a signé officiellement un contrat de concession prévoyant l’installation d’un réseau de compteurs intelligents. Engie Fabricom se chargera des compteurs en collaboration avec l’entreprise Hydroko. Des dizaines d’antennes seront également installées dans la ville pour recevoir chaque jour les résultats des mesures sous forme codée.

Mesurer, c’est savoir

« Les avantages du système sont multiples », déclare André Gantman, président de water­link. « Le confort s’en trouve amélioré parce que le client ne doit plus communiquer le relevé des compteurs. Nous pouvons détecter rapidement les fuites et en avertir le client. Le nombre de vols par de faux releveurs de compteurs est appelé également à diminuer, sans oublier les avantages pour le contrôle budgétaire et la consommation rationnelle d’eau. Par l’intermédiaire d’Internet et d’applications, le suivi de la consommation pourra être assuré. Or, mesurer, c’est savoir. »

Un projet pilote sera d’abord mis en place pendant une année pour tester les compteurs. Le CPAS anversois participera notamment. 500 particuliers volontaires pourront également s’inscrire en ligne. Ensuite, le système sera déployé à tous les clients d’ici à la fin 2020. Selon l’échevin anversois des affaires sociales, Fons Duchateau (N­VA), les compteurs d’eau intelligents ont également une utilité sociale. Ils doivent mettre fin aux coupures d’eau pour les mauvais payeurs. Le débit de l’arrivée d’eau peut être réglé à distance, ce qui permettra de garantir une fourniture minimale sans coupure complète.

Protection garantie de la vie privée

Le caractère privé des résultats des mesures sera toutefois garanti. Water­link pourra avertir rapidement les habitants lorsque leur consommation devient nettement supérieure aux prévisions mais ne communiquera pas ces données à des tiers, sauf dans le cadre d’une instruction judiciaire. Water­link est encore en pourparlers à ce sujet avec la Commission Vie privée.

Tout le système coûtera « quelques dizaines de millions » d’euros à water­link. Le marché public prévoit également une extension à Furnes et à Knokke­Heist. Les sociétés de distribution d’eau AGSO (Knokke­Heist) et IVWA (Furnes) pourront ainsi lui emboîter le pas, ce qui représenterait 50.000 compteurs environ.

Engie souligne qu’elle envisage également d’autres applications pour le réseau SIGFOX qui reçoit notamment les signaux des compteurs. Elle pense par exemple à la possibilité de répertorier les places de parking vides. Chaque jour, water­link distribue près de 400.000 m³ d’eau potable à des particuliers, à l’industrie et à d’autres sociétés. En moyenne, un Anversois consomme chaque jour 120 litres d’eau. # [Belga/KVdS]


Source : Data News (Knack) 24/06/2016